2014(e)ko abenduakren 22(a), astelehena

Fractures d'une vie


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fractures d’une vie
Agone (2004)
 
“«La prison, c’est d’abord une odeur», disait un auteur. En effet, l’odeur est présente partout: le rance, le désinfectant -javel et crésyl-, le tout enveloppé d’odeurs de misère et de souffrance. La prison n’est pas un lieu de fête, de plaisir. Elle est l’antivie. Ceux que l’on y enferme ne sont pas pires que d’autres et certainement pas meilleurs, mais ce sont des hommes comme vous et moi, les pires et les meilleurs confondus dans la même misère sans qu’ils soient pour autant frères de misère.”

2014(e)ko abenduakren 8(a), astelehena

Atzamarrak eta irribarreak Durangoko orgian


Ni eta hi, gu garete. Durangoko azoka euskal kultu(r)aren besta dunk. Kontsumismoaren besta dionk nire ni antisistemak. Buaj, hoa antzarak ferratzera. Eta hi, nor ostia haiz? Ni? Ni hi naunk. Gu. Gutarrak, alkatxofak bezala.

N(h)ire gu guziak aritu ditunk eztabaida pitoan, (b)orroka antzuan. Bakeari aukera bat eman nahi (ge)nionan eta ondorio bakarrera ailegatu gaitunk: Durango orgia bat dunk.